Bienvenue à toutes sur le forum des Mamans du Vaucluse
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Crèche, assistante maternelle, nounou... comment choisir ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Céline
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 388
Age : 44
Ville : Courthézon
Nb d'enfant(s) : 4 enfants : 16, 11, 9 et 6 ans
prénom : Céline
Date d'inscription : 17/02/2007

MessageSujet: Crèche, assistante maternelle, nounou... comment choisir ?   Jeu 7 Juin - 22:40

Crèche, assistante maternelle, nounou... comment choisir ?


D'ici quelques semaines ou quelques mois, vous allez devoir confier votre enfant à une autre personne pour reprendre votre travail.
Pas de panique: il existe forcément une solution adaptée à vos besoins.

Comment choisir ?

Pas facile de savoir à qui confier son enfant.
Auxiliaire de puériculture, assistante maternelle ou nourrice à domicile ?
Vous êtes enceinte et vous y pensez déjà.
Ou vous allez bientôt reprendre votre travail et vous vous demandez encore qui va garder votre enfant.
Un choix d'autant plus délicat qu'il vous faut tenir compte non seulement de vos désirs... mais aussi des possibilités réelles existant dans votre région.

La crèche aurait votre préférence mais, par manque de place, vous êtes obligée de vous tourner vers une assistante maternelle.
Ou, au contraire, vous auriez aimé que votre enfant évolue dans un univers familial, mais on ne trouve aucune assistante maternelle dans votre village ou votre quartier. Rassurez-vous : tous les modes de garde ont leurs avantages et rien n'est jamais figé, des aménagements sont toujours possibles.

Votre petit semble fatigué à la fin de sa journée de crèche ?
Peut-être une voisine accepterait-elle d'aller le chercher un peu plus tôt et de le garder jusqu'à votre retour...
Vous trouvez qu'il manque de contacts avec les autres enfants au domicile de son assistante maternelle ?
Demandez-lui si elle n'accepterait pas de l'emmener à une séance de baby-gym ou au jardin d'enfants une ou deux fois par semaine. Elle en sera peut-être ravie !

Quoiqu'il en soit, avant de vous décider, il est important d'évaluer le coût des différents modes de garde, d'en mesurer la souplesse et de comparer leurs atouts respectifs. Pour le reste, laissez parler votre coeur : c'est vous qui connaissez le mieux votre enfant et qui savez ce qui lui conviendra le mieux.
Et soyez sûre que, quel que soit le mode de garde que vous aurez choisi, ce sera finalement le bon !


La nounou à domicile

Ce mode de garde présente de nombreux avantages : les horaires sont souples, votre enfant reste chez lui et peut être gardé même s'il est malade.
Mais le coût est élevé et il faut parfois envisager une garde partagée.


Comment ça marche ?


Recrutée par vos soins, elle s'occupe de votre enfant à votre domicile et peut même vous donner un coup de main à la maison (courses, repas des enfants, petit ménage), si c'est précisé dans son contrat.
La plupart des employées de maison n'ont pas reçu de formation spécifique, mais beaucoup ont une solide expérience.
Á vous de prendre toutes les informations vous permettant d'évaluer les qualités de la nounou que vous allez recruter.
Vous pouvez lui demander une présence de 50 heures par semaine.
Mais attention, si elle travaille 10 heures par jour, vous devrez calculer son salaire en conséquence.


Combien ça coûte ?


La personne qui garde un enfant chez vous doit être embauchée au moins au niveau II de la grille de classification des emplois.
A ce salaire s'ajoutent les cotisations sociales patronales (environ 40% du salaire brut) et les congés payés.

Les aides financières
- Depuis le 1er janvier 2004, la Prestation d'accueil du jeune enfant (PAJE) se substitue à l'Aged (Allocation de garde d'enfant à domicile) pour tous les enfants nés, adoptés ou recueillis en vue d'adoption à partir de cette date.
L'aide pour la garde d'enfant appelée « complément de libre choix du mode de garde » varie selon vos ressources, le nombre d'enfants à charge et leur âge.
Versée jusqu'aux 6 ans de l'enfant, elle est plus importante pendant les trois premières années.
- Vous pourrez déduire de vos impôts 50 % des dépenses effectivement supportées, dans la limite de 12 000 € par an (soit une réduction maximale de 6 000 €).

Pour connaître les conditions et le montant du libre choix du mode de garde, [url="http://www.caf.fr/catalogue/"]cliquer ici[/url].

Les avantages et inconvénients de cette formule

Les avantages

- Puisqu'ils sont négociés directement avec la nourrice, les horaires sont souples et conviennent même aux parents qui ont des horaires atypiques ou irréguliers.
- L'enfant est chez lui, il conserve ses repères. De plus, pas besoin de le réveiller le matin et pas de fatigue liée au transport.
- Même malade, votre petit est gardé.

Les inconvénients
- Le coût reste élevé, surtout pour une famille avec un seul enfant.
- Le recrutement reste un peu hasardeux, puisqu'il ne s'agit pas forcément de personnel qualifié.
- Il faut parler salaire avec la personne que vous employez.
- En tant qu'employeur, vous devez lui établir un contrat, faire une déclaration à l'Urssaf, rédiger des bulletins de salaire.
- Pas de contrôle sur ce qui se passe durant la journée. (sauf nouveauté, certaines utilise la webcam, vous pouvez ainsi suivre votre bb à tout moment de la journée Wink )

Et si vous n'avez pas d'affinité avec votre nounou....

La première chose que vous devez vous demander, c'est si votre malaise est lié à la personnalité de votre nounou ou à l'attitude qu'elle a envers votre enfant.
S'il s'agit d'un problème de personne (entre vous, le courant ne passe pas bien mais vous n'avez pas de reproches véritables à lui faire), essayez de surmonter vos réticences avant d'envisager une rupture.
Toute séparation laisse des traces.
D'accord, cette personne ne vous inspire pas une sympathie débordante, mais peut-être se montre-t-elle réservée avec vous et tout à fait chaleureuse avec votre bébé une fois que vous êtes partie ?
Essayez de l'accepter pour ce qu'elle est et de revoir un peu vos attentes.
Certes, vous rêviez d'une relation conviviale, de confidences échangées.
Mais sachez qu'un excès de familiarité peut également être néfaste.
Un enfant a besoin de repères : sa mère doit rester sa mère et la nounou, une personne qui s'occupe de lui une partie de la journée.

La plupart du temps, il n'y a pas de confusion.
Mais il arrive que certaines mamans (les plus jeunes en particulier) se placent en position d'enfant par rapport à la nounou et se fassent materner.
Cette fusion n'est pas souhaitable : il faut se préserver de l'avenir.
Et l'avenir, c'est une séparation inéluctable.
Or, plus la proximité a été forte, plus la rupture sera douloureuse pour tout le monde.
Bien sûr, cela ne veut pas dire qu'il ne faille pas établir une relation amicale avec sa nourrice !
Comme en toutes choses, il s'agit de trouver la bonne mesure.

Le problème est différent si vous avez le sentiment que votre enfant n'est pas heureux avec la personne à qui vous le confiez.
Mais à quoi pouvez-vous le voir ?
Sachez-le, ce n'est pas parce qu'il pleure tous les matins lorsque vous partez travailler qu'il est forcément malheureux avec sa nounou.
Vers 9 mois, la plupart des enfants prennent conscience de ce qu'est la séparation et se mettent à protester quand on les quitte.
En revanche, certains signes doivent attirer votre attention : troubles du sommeil, manque d'appétit, nervosité, désintérêt pour les jeux…
Un signe isolé n'est pas significatif mais, si votre bébé présente plusieurs symptômes, parlez-en à votre pédiatre.
Il vous aidera à prendre la bonne décision.


L'assistante maternelle

Elle a ses inconditionnels : plus souple que la crèche, elle respecte mieux les besoins des parents et le rythme de l'enfant.

Comment ça marche ?

Elle accueille votre enfant chez elle et peut garder jusqu'à trois petits à la fois. Elle veille sur eux du matin au soir, prépare leur repas (ou leur donne celui que vous avez apporté), les emmène en promenade, leur fait faire des jeux…
Elle a reçu l'agrément de la PMI, qui a pris soin de vérifier les conditions de sécurité de son domicile et s'est assurée de ses qualités éducatives.
Depuis un an, elle doit suivre soixante heures de formation avant de pouvoir exercer.
Et en tant qu'employeur, vous devez obligatoirement lui rédiger un contrat de travail qui précisera le nombre de semaines de garde sur lequel vous vous engagez pour l'année, avec le détail des jours et des heures de la semaine.
A vous aussi de négocier son salaire.

Les avantages et les inconvénients de cette formule

Avantages

- Un mode de vie plus familial qu'à la crèche.
- Un meilleur respect des rythmes de l'enfant.
- Une plus grande souplesse d'accueil en cas de petite maladie.
- Des horaires plus flexibles (même s'il faut bien sûr payer les heures non prévues par le contrat).

Inconvénients
- Une formation moins poussée que les auxiliaires de puériculture.
- Les visites de la PMI sont espacées : il y a donc moins de contrôles sur ce qui se passe au cours de la journée.
- L'assistante maternelle est libre de fixer ses dates de vacances (trois semaines en été, une semaine en hiver). A vous de vous entendre avec elle pour parvenir à un arrangement satisfaisant.

Où trouver la perle rare ?

La mairie de votre ville vous donnera la liste des assistantes maternelles de votre quartier. Vous pouvez aussi vous adresser à un Relais assistante maternelle (liste disponible auprès de votre Caf).

Sélectionnez celles qui paraissent le mieux vous convenir (domicile proche du vôtre, âge des enfants gardés...) et prenez contact par téléphone.
Une voix souriante, agréable, une personne qui prend son temps pour bavarder avec vous, autant d'indices favorables.
Proposez-lui un rendez-vous pour une première visite.
Rien de tel pour découvrir la personne, observer son cadre de vie, sentir l'atmosphère qui règne dans sa maison et quelles relations elle noue avec les enfants dont elle s'occupe.
Vous prendrez aussi quelques repères : de quel espace disposent les enfants pour jouer ? Où dorment-ils ? Y-a-t-il un jardin ou une terrasse ?
Autant d'éléments qui vous permettront de savoir très vite si vous pouvez être en confiance et si vous avez trouvé la « bonne » personne.


Paperasserie : demandez de l'aide

Vous n'avez jamais rempli un bulletin de salaire ?
Les formalités administratives vous effraient ?
Rassurez-vous, il existe différents services pour vous permettre de régler ces problèmes.

Le SPAMAF

(Syndicat professionnel des assistants maternels et assistants familiaux) a établi un contrat autocopiant pour l'emploi d'une assistante maternelle, qui veille aux intérêts des deux parties. Il édite également toute une série de fiches techniques : tarifs, mensualisation...

La CAF

(Caisse d'allocations familiales) vous aide à établir le bulletin de paie de votre assistante maternelle et vous donne les montants réactualisés de la Paje.

Le Fepem
(Fédération des particuliers employeurs de personnel de maison) répond à toutes vos questions juridiques ou administratives sur les emplois familiaux : calcul du bulletin de paie, utilisation des chèques emplois service... Bien utile aussi si vous employez une nourrice à domicile !


[url="http://www.assistante-maternelle.org/"]Visiter le site du SPAMAF[/url]

[url="http://www.caf.fr/"]Visiter le site de la CAF[/url]

[url="http://www.fepem.fr/fr2/index.html"]Visiter le site de la Fepem[/url]


Huit conseils pour trouver l'assistante maternelle dont vous rêvez

1.
Fiez-vous à vos premières impressions. Au téléphone, elle a une voix sympathique, un contact chaleureux ? C'est bon signe. Cependant, n'hésitez pas à voir plusieurs personnes avant de décider. Au final, laissez parler votre cœur. Si vous vous sentez en confiance, votre bébé le sera aussi.

2. Vérifiez qu'elle est agréée par la PMI. Il peut être tentant de confier votre enfant à la gardienne de votre immeuble mais c'est prendre trop de risques : votre enfant n'est pas assuré en cas d'accident et vous risquez d'être dénoncée pour travail au noir.

3.
Le rendez-vous est pris ? Allez-y avec votre enfant. La façon dont elle va l'accueillir, s'intéresser à lui, le prendre dans ses bras… Vous sentirez immédiatement si le courant passe entre eux.

4.
Observez son logement. Est-il suffisamment clair et agréable ? Votre enfant disposera-t-il d'une chambre pour dormir ? L'environnement vous paraît-il sécurisé ? La télévision est-elle allumée en permanence ?

5. Renseignez-vous sur le nombre d'enfants qu'elle garde et leur âge. Il vaut mieux qu'elle n'ait pas trois tout-petits à la fois ! Et essayez de rencontrer les autres parents dont elle garde les enfants. Rien de tel que le témoignage direct !

6.
N'hésitez pas à exprimer les points auxquels vous tenez : qu'elle soit affectueuse, qu'elle sorte avec votre petit au moins une fois par jour…

7.
N'attendez pas pour aborder avec elle le problème des vacances. Autant savoir tout de suite si ses projets sont compatibles avec les vôtres, puisque c'est elle qui décide des dates !

8. Vous avez trouvé la perle rare, mais elle habite à l'autre bout de la ville ou au 5e sans ascenseur. Si, au début, cela peut sembler tout à fait secondaire, rapidement, vous n'en pourrez plus des embouteillages ou de grimper chaque matin toutes ces marches avec votre petit dans les bras.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.tbe84.com
Céline
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 388
Age : 44
Ville : Courthézon
Nb d'enfant(s) : 4 enfants : 16, 11, 9 et 6 ans
prénom : Céline
Date d'inscription : 17/02/2007

MessageSujet: Re: Crèche, assistante maternelle, nounou... comment choisir ?   Jeu 7 Juin - 22:40

La garde partagée

Une solution sur mesure, à condition de bien vous entendre avec l'autre famille et de vous assurer de la qualification de votre nounou.


Comment ça marche ?

Vous vous mettez d'accord avec un autre couple pour faire garder vos enfants par une même nounou, la moitié du temps chez vous, le reste du temps dans l'autre famille.

Vous recrutez cette personne et définissez ses tâches.

Elle est là avant tout pour la garde des enfants mais, si c'est précisé dans
son contrat, elle peut aussi assurer le travail lié à leur présence,
notamment la préparation des repas, l'entretien du linge, le rangement
de la chambre et le nettoyage de la salle de bains.



Chaque famille doit lui établir un contrat déclarant chacun la moitié des heures (la nounou reçoit donc deux fiches de paye).

Il comporte une clause identique qui fait le lien avec l'autre famille.


Avantages et inconvénients

Les avantages


- Des horaires parfaitement bien adaptés à vos besoins.
- Votre enfant étant élevé en partie chez lui, il ne perd pas ses repères.
- Plus de problème de maladie : même avec 39 °C de fièvre, il est gardé.


Les inconvénients

- Même divisé entre deux familles, le coût reste souvent élevé.
- Aucune formation n'étant exigée, le recrutement est un peu aléatoire :
à vous de prendre toutes les informations vous permettant d'évaluer
l'expérience et les qualités de votre nounou.
- Le partage suppose une bonne entente avec l'autre famille.

Combien ça coûte ?

La salariée doit percevoir au moins 8,27 € brut de l'heure (Smic horaire), qu'elle garde un ou deux enfants.


Combien chacun va-t-il payer ?

Le temps plein étant fixé à 40 heures hebdomadaires, chaque famille la
déclarera donc 20 heures par semaine.
Au-delà de 40 heures par semaine, vous devez payer à votre nourrice des heures supplémentaires majorées (de 25 % pour les huit premières, et 50 % au-delà), ou lui proposer des jours de congés de rattrapage.


Congés payés et frais de nourriture

Ajoutez à ce salaire les congés payés et frais de nourriture. La valeur du
repas est légalement fixée à 4,25 € (mais vous pouvez vous entendre
pour le lui fournir).
Les congés payés sont rémunérés au moment où ils sont pris : l'indemnité ne peut être inférieure à 10 % de la rémunération totale perçue par la garde d'enfant au cours de la période de référence (du 1er juin de l'année précédente au 31 mai de l'année en cours).


Déduction du complément libre choix

- 258,57 € si vos revenus annuels sont inférieurs ou égaux à 32 493 €, soit un coût mensuel final de 581,51 €/mois ;
- 155,13 € si vos revenus annuels sont supérieurs à 32 493 € et que vous
payez plus de 5 000 € d'impôts, soit un coût mensuel final de 684,95
€/mois.


Réduction d'impôt

50 % des salaires + charges, dans la limite de 15 000 € par an, soit 7 500 € maximum par famille.

Choisir la garde partagée s'avère donc d'autant plus intéressant financièrement qu'on paie beaucoup d'impôts.

Fixer les règles dès le départ

Avant de vous lancer dans la garde partagée, assurez-vous que le couple avec lequel vous allez faire « nounou commune » a un profil compatible.

S'il ne partage ni votre mode de vie, ni vos principes éducatifs, l'entente risque d'être difficile.

Pour éviter les conflits, mieux vaut régler dès le début toutes les
questions pratiques : quels sont les horaires de chacun, qui prévoit
les repas, que se passe-t-il le jour où un enfant est malade ?

… Autre sujet délicat, les vacances.

La garde partagée suppose en effet que vous les preniez aux mêmes dates :
si vous optez pour juillet et l'autre famille pour août, votre salariée
ne pourra pas prendre ses congés !

N'attendez pas le dernier moment pour en parler. Essentiel aussi, déterminer la quote-part de chaque famille.

Pas évident quand on n'a pas les mêmes horaires ou RTT… La Fepem recommande d'établir un accord écrit : c'est plus clair !


La crèche collective

Idéale si votre emploi du temps est parfaitement planifié et, bien sûr, si vous pouvez y avoir une place.

Comment ça marche ?


Elle accueille les enfants âgés de 2 mois à 4 ans à la journée ou pour
quelques heures.
Mais attention : le temps de présence de votre enfant doit être défini à l'avance, et sur l'année entière.

Il figure dans le contrat individualisé que vous signez avec la crèche. Dans la
plupart des cas, les crèches sont ouvertes de 7 h 30 à 18 h 30.

Mais certaines offrent des horaires élargis.
Les petits sont encadrés par une équipe de professionnels (puéricultrices, auxiliaires de puériculture, éducatrices de jeunes enfants) auxquelles s'adjoignent des spécialistes (pédiatre, psychologue) qui assurent des visites régulières.

Les avantages et les inconvénients de cette formule

Avantages

- Votre enfant est bien surveillé sur le plan de la santé, de la nutrition et de l'hygiène.
- Il profite d'un large espace et d'activités pédagogiques adaptés à son âge.
- Il rencontre d'autres petits et fait l'apprentissage de la vie en
collectivité. Mais, attention, il en tirera bénéfice surtout à partir
de 12 mois.

Inconvénients

- Des horaires d'ouverture la plupart du temps trop serrés : tous les parents ne peuvent pas venir chercher leur enfant à 18 h 30 et il faut parfois
prévoir une baby-sitter en relais.
- La collectivité impose un haut niveau de bruit et d'activités. Souvent, les petits sont fatigués en fin de journée.
- Pas d'accueil en cas de maladie ou de fièvre.
- Difficile d'empêcher les microbes de circuler : les enfants sont fréquemment malades, surtout au cours de la première année.

Combien ça coûte ?

Votre participation financière est calculée sur l'année (à partir du nombre
de jours et d'heures sur lesquels vous vous engagez), puis mensualisée.

De cette façon, votre budget crèche ne varie pas d'un mois sur l'autre.

Pour savoir combien la garde de votre enfant va vous coûter, calculez le
nombre annuel d'heures dont vous avez besoin (hors vacances et RTT),
puis faites le calcul suivant : divisez vos ressources annuelles (net
fiscal) par 12, multipliez par le taux d'effort*, puis par le nombre
annuel d'heures de garde divisé par 12.

Ainsi, pour une famille de deux enfants dont les ressources annuelles sont de 30 000 €, la participation sera de : 30 000 € : 12 = 2 500 € x 0,05 % = 1,25 € (coût horaire) x 1 800 heures annuelles : 12 = 150 heures mensuelles, soit
187,50 € par mois.

* Taux d'effort : 0,06 % pour les familles ayant un seul enfant, 0,05 % pour 2 enfants, 0,04 % pour 3 enfants, 0,03 % pour 4 enfants.


Quelles aides financières

Aucune... affraid
Le complément dit « de libre choix de mode de garde » de la Paje
(prestation d'accueil du jeune enfant) ne s'applique pas à la crèche.
Vous pourrez néanmoins bénéficier d'un crédit d'impôt égal à 25 % des
sommes versées pour la garde de votre enfant, dans une limite de 2 300 € par an et par enfant.

Où s'inscrire ?
Tout dépend des villes.
Les inscriptions se font soit directement dans les crèches, soit auprès du
service Petite enfance de la mairie, soit encore auprès du centre de
protection maternelle et infantile (PMI).

Il n'y a pas non plus de consensus sur la date : parfois, on vous demande de vous inscrire dès le début de la grossesse, parfois au troisième, au quatrième, voire au sixième ou au septième mois.

Quoi qu'il en soit, la demande doit toujours être confirmée à la naissance de l'enfant. Dans le cas contraire, elle est annulée.

Qui attribue les places ?
Cela varie selon les communes.

Dans certaines, en effet, c'est la directrice de la crèche et/ou l'élu de la Petite enfance qui en décide(nt).

Dans d'autres, c'est une commission d'attribution.
Les commissions se réunissent en général deux fois par an.
Les places sont principalement attribuées au mois de juin.
Des places supplémentaires ne se libèrent en cours d'année qu'à la faveur
d'un désistement (déménagement, changement professionnel, etc.).

Comment décrocher une place en crèche ?


Beaucoup de parents en rêvent.... mais les places sont chères ! Pour mettre
toutes les chances de votre côté, les cinq étapes d'un parcours sans
fautes.

- Votre test de grossesse est positif ? Décrochez tout
de suite votre téléphone pour prendre contact avec votre mairie et avec
la directrice de la crèche qui vous intéresse (il peut y en avoir
plusieurs).

- Rencontrez la directrice en couple. Vous n'en paraîtrez que plus motivés et, par la suite, vous pourrez venir aux nouvelles chacun votre tour.

- Présentez-lui votre demande comme un choix : vous avez envie que votre enfant soit accueilli par de vrais professionnels, dans une structure adaptée. Et ne vous laissez pas décourager par ses propos. Elle risque de vous laisser peu d'espoir, cela fait partie du jeu. Elle cherche donc à orienter les parents les moins attachés à une garde collective vers d'autres solutions.

- N'hésitez pas à la rappeler très régulièrement, une fois par mois par
exemple, simplement pour lui confirmer que vous êtes toujours
intéressée.

- En parallèle, rappelez-vous aussi au bon souvenir du responsable de la petite enfance de votre mairie. Ainsi, le jour où les attributions se feront, vous ne serez pas un dossier anonyme.


Les autres formules


Familiale, parentale, d'entreprise... les crèches prennent des formes variées pour mieux répondre aux besoins spécifiques des parents.


La crèche familiale


Les enfants sont gardés au domicile de leur nourrice, une assistante
maternelle agréée, mais rejoignent une ou deux fois par semaine la
crèche familiale où ils participent, avec d'autres petits, à des
activités organisées par une éducatrice de jeunes enfants.


La crèche parentale


Son fonctionnement est proche de celui de la crèche collective... à ceci
près qu'elle est gérée par des parents, dans le cadre d'une
association.

Les familles déterminent les horaires, prévoient les menus, s'occupent de l'entretien des lieux, recrutent le personnel.

Et participent à la garde des enfants, avec l'aide de professionnels
qu'ils emploient.
Si vous avez envie de monter votre structure, l'Association des collectifs enfants/parents/professionnels vous offre un soutien logistique. ACEPP, 15, rue du Charolais, 75012 Paris.


La crèche d'entreprise


On en compte encore peu en France, essentiellement dans le milieu hospitalier. Dommage !

Car, outre des horaires adaptés aux besoins des parents (de 6h30 à 22
heures, 7 jours sur 7, pour les crèches de l'Assistance publique),
elles permettent aux parents de ne pas trop s'éloigner de leur enfant
et de travailler l'esprit tranquille.

Si vous êtes plusieurs parents à souhaiter solliciter votre société, mobilisez votre comité d'entreprise qui se chargera d'en faire la demande à l'employeur. Une autorisation d'ouverture sera ensuite délivrée par la DDASS.



Voilà en espérant que ça vous aura aidé

_________________
Céline maman de 4 bambins Courthézon.
" La plus grande des révolutions, c’est de chercher à s’améliorer soi-même en espérant que ça donnera envie aux autres d’en faire autant "
Revenir en haut Aller en bas
http://www.tbe84.com
 
Crèche, assistante maternelle, nounou... comment choisir ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Comment chercher une assistante maternelle,une nounou, quoi!
» help , calcul indemnité compensatrice congés payés fin de contrat assistante maternelle
» L'assistante maternelle doit -elle donner ou pas le petit déjeuner au bébé ?
» Comment choisir une école?
» une assistante maternelle et des parents employeurs qui ne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mamans du 84 :: LE COIN DES MAMANS :: Fiches Pratico-Pratiques-
Sauter vers: